Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2008

What's up?

 

 
Don't disturb. Drunk brain in progress...
To be continued...
 
Doriane Purple 

23:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd

14/11/2007

Treize à table...

 Treize se met à table...

4451a929dc74679e85167d5956e0a61b.jpg

"Qui est XIII ? Quelle est la véritable identité du jeune homme, sans nom ni origines, découvert il y a vingt-trois ans sur une plage déserte, avec pour seul indice le chiffre romain XIII tatoué sur une clavicule ? Depuis 1984, date de parution du premier tome de la série de bande dessinée XIII, Le Jour du soleil noir, des millions de lectrices et de lecteurs s'interrogeaient sur l'identité de ce héros amnésique qui apprend qu'il pourrait être l'assassin présumé du président des Etats-Unis.

 

 2df0da880bc761fc78935864af65e55c.jpg

Un schéma romanesque inspiré d'un des livres de Robert Ludlum publié en 1980, La Mémoire dans la peau. La réponse leur est donnée, mardi 13 novembre, jour fétiche choisi par Dargaud, éditeur de la série. Ils pourront tout savoir du destin identitaire de leur héros en lisant les deux derniers albums publiés : La Version irlandaise et Le Dernier Round.

 

4919f67fe3433e8ddf48c8d6979dc420.jpg

Le premier, qui évoque la jeunesse de XIII et fournit des indices sur ses origines, est dessiné par Jean Giraud, auteur de Blueberry mais aussi d'albums mâtinés de science-fiction et d'ésotérisme (L'Incal ou Le Garage hermétique). Le second, qui révèle l'identité de XIII, est, comme les dix-sept tomes précédents de la série, dessiné par William Vance (Ramiro, Bob Morane ou Bruce J. Hawker).

 

4cb062a112086bbc5dcbdebfe3b2b820.jpg

 

Les deux récits sont scénarisés par Jean Van Hamme. Le cocréateur de XIII avec William Vance livre une sorte de testament puisqu'il a décidé d'arrêter la série après ces deux épisodes, comme il a mis fin à Thorgal, autre de ses séries à succès cosignée avec le dessinateur Grzegorz Rosinski.

 

Pour ce double événement, Dargaud a choisi de tirer une double salve avec deux albums à la fois.

450 000 À 500 000 EXEMPLAIRES

3c6619837b1e55d854ad562bfc44c953.jpg

Un joli coup médiatique", salue Jean Van Hamme. Et une grosse opération marketing, menée dans le plus grand secret. Yves Schlirf, directeur éditorial de Dargaud Benelux (et créateur de sa filiale Kana, dédiée aux mangas), prend langue il y a trois ans avec les trois auteurs en leur demandant de collaborer à deux albums différents mais complémentaires.

Le trio, au sein duquel chacun peut revendiquer une œuvre propre, se connaît et s'apprécie. Tous trois font en sorte qu'il n'y ait pas de fuite. Jean Giraud cachera à sa fille qu'il dessine un avatar de XIII… Le secret est verrouillé, même chez Dargaud; tous les salariés n'ont d'ailleurs pas eu accès aux albums.

L'opération a été jalonnée d'événements destinés à faire monter la pression. Dargaud joue gros. Chaque album de XIII se vend de 450 000 à 500 000 exemplaires. Le premier tome n'avait pourtant fait qu'une entrée timide sur le marché de la BD, avec un tirage de 7 000 albums, en 1984.

45f8c6a0e9fd25ade39d0f4e91bc73a6.jpg

La manière bien à lui qu'a Jean Van Hamme d'inventorier les névroses américaines sans les nommer (Vietnam, conflit irakien, traces du maccarthysme et de la ségrégation) et le souci documentaire de William Vance, capable de fouiller sur la Toile ou d'interroger ses honorables correspondants outre-Atlantique pour vérifier le détail du fusil russe Dragonov ou la forme des nouveaux casques de l'US Army, ont propulsé la BD en tête des ventes.

La présence de quatre héroïnes principales – dont "l'ange gardien" de XIII, le major Jones – qui n'ont rien des femmes ornementales dont la BD est souvent férue, a drainé des lectrices. XIII a vite caracolé aux alentours de 200 000 exemplaires.

Un tournant est pris, en 2000, après le tome 13. "Un membre de l'équipe a pensé à ce chiffre symbolisant la chance et à un partenariat avec la Française des jeux. Celle-ci a lancé un jeu de hasard avec les personnages de la série", raconte Jocelyne Mucig, directrice marketing de Dargaud. Le quatorzième chapitre de XIII, Secret-défense, crève le plafond des ventes – 450 000 exemplaires.

a1fc5486343a4e503555e20745e24f9e.jpg

 

Depuis, le succès ne se dément pas. La série aurait, selon son éditeur, dépassé les 10 millions d'albums vendus. Et 350 millions de tickets de la Française des jeux auraient été grattés… Tout est orchestré pour soutenir ce rythme. En 2002, un "challenge des experts" de XIII trie parmi 5 000 personnes sur le Net et réunit 300 fans à l'Institut océanographique, à Paris. Après un jeu vidéo créé par Ubisoft, un blog a soumis cette année des internautes à treize questions sur l'identité du héros.

Car outre la Française des jeux, les partenaires affluent : Fnac, SFR, NRJ ou 13ème Rue, qui diffuse mardi 13 novembre un documentaire, XIII, les secrets d'une saga. Des galeries (Arludik avec la Fnac, Daniel Maghen) programment des expos sur XIII, simultanément à la publication des albums. "Calculer le bruit médiatique autour de cette révélation est impossible. Ce doit être une très grosse somme", résume Jocelyne Mucig.

La logistique, colossale, est à la mesure de l'opération éditoriale. Rare en littérature générale hormis pour Harry Potter, elle l'est moins en BD, avec les lancements de Titeuf, d'Astérix ou de Lucky Luke, héros multimillionnaires en exemplaires. Soixante semi-remorques ont rallié 10000 librairies et maisons de la presse pour y acheminer un million d'albums : 500000 exemplaires de La Version irlandaise, autant du Dernier Round. La résolution de l'énigme XIII est à la hauteur des espoirs de vente de Dargaud : "tout"."

D'après Le Monde 

 

18:45 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : BD

05/11/2007

M comme...

M comme Métal Hurlant... M comme Marvel... M comme... Jean Giraud?!... alias Moebius.


" Jean Giraud est né en 38 à Nogent sur Marne. Très vite, il découvre que le dessin lui apporte de la joie intérieure et la reconnaissance extérieure. Ses cahiers se couvrent de dessins, la plupart s’inspire de l’épopée du Far West américain très prisée de la jeunesse d’après guerre. Sa passion le conduit vers l’école des Arts appliqués mais après deux ans d’études, il se lance, dès 1956 dans la vie professionnelle.
Après un séjour de quelques mois au Mexique qui devait le marquer très profondément, il accomplit son service en Allemagne et en Algérie tout en collaborant à une revue militaire.
À son retour à la vie civile il retrouve Joseph Gillain qui lui enseigne les rudiments du métier. De cet apprentissage naîtra un album de la série Jerry Spring réalisé en duo : La piste de Coronado.
Mais c’est en 1963 que Jean Giraud rencontre Jean-Michel Charlier qui co-dirige le journal "Pilote" avec René Goscinny. Ensemble ils vont créer les aventures du lieutenant « Blueberry » qui continuent de paraître encore avec le même succès malgré la disparition de Jean-Michel Charlier en 1989.
Entretemps, Jean Giraud a entamé une carrière parallèle sous le pseudonyme de Mœbius. En 1975 il s’associe à Jean-Pierre Dionnet pour créer le magazine « Métal Hurlant ». Là, il va explorer la veine fantastique de la science-fiction et du dessin onirique.
Il marquera plusieurs générations de lecteurs à travers le monde entier avec des histoires étranges et énigmatiques dont « Arzach » et « Le Garage hermétique » sont les exemples les plus marquants. C’est ensuite une autre rencontre déterminante dans la vie de l’artiste celle du cinéaste et poète chilien Alexandro Jodorowsky sur le projet grandiose et avorté de l’adaptation du roman de Franck Herbert « Dune ». C’est cependant à travers la saga en six volumes de « L'Incal » qu’ils créeront leur propre chef-d’œuvre. L’art de Jean Giraud « Mœbius » s’est diversifié au fil des ans : illustrations de livres, publicités, expositions de peintures, gravures etc...
Mais c’est par sa rencontre avec l’univers du film qu’il va collaborer à des œuvres prestigieuses telles que «Les Maîtres du Temps», «Alien», «Tron», «Willow», «Abyss».

9e657b16581ece43c6abc863ebd6e403.jpg


JEAN GIRAUD – MŒBIUS : DEUX VISAGES, DEUX STYLES

1956 : Première BD, « Frank et Jérémie » paraît dans le magazine « Far West »
1963 : Les premières planches de « Fort Navajo » (scénarisées par Jean-Michel Charlier) sont publiées dans le journal « Pilote ». Giraud collabore avec «Hara-Kiri» sous le pseudo de Moebius.
1965 : Le premier album de Blueberry « Fort Navajo »
1967 : Illustration d’une pochette de disque d’après des photos prises par Jean Noël Coghe de Jimi Hendrix
1972 : Naissance de « L’Écho des savanes » pour lequel Moebius dessine « le Ban-dard Fou »

ac984ed1b87ee3ea52adfb005f7f4e3a.jpg


1975 : Moebius fonde les « Humanoïdes Associés » et lance le journal « Métal Hur-lant » avec Druillet et Dionnet. Il crée les personnages légendaires d’Arzach et du Major Fatal. Projet d’adaptation du film « Dune ».
1977 : Il collabore au film « Alien » pour lequel il dessine les costumes et les décors du film de Ridley Scott.
1978 : Il dessine « Les Maîtres du Temps » à la demande de René Laloux
1981 : La série de l’Incal explose avec la collaboration de Jodorowski (scénariste).
1981/1989 : Les aventures de John Difool.
1985 : Il dessine « Little Nemo », un dessin animé japonais de Masami Hata.
1989 : Disparition de Charlier. Moebius va continuer l’aventure « Blueberry » seul et il va travailler dans l’univers de la S.F. avec « les Mondes D’Edena ».
1997 : C’est le « Cinquième Élément » réalisé par Luc Besson qui sera marqué par la signature de Moebius.
2003 : Fête des 40 ans de « Blueberry » avec la sortie de « OK Corral » et la sortie de « Blueberry » (Vincent Cassel) au cinéma du film de Jan Kounem."

e1f6051eac6b37f0206c77afbac735cb.jpg

 

D'après Arte 

Doriane Purple 

 

23:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : BD

09/07/2006

BD maniaque

Extrait référentiel: 

"17/02/2004

Mandrake le Magicien pourrait récupérer son nom

La justice vient de condamner la société informatique MandrakeSoft à changer de nom et de logo, Mandrake étant le nom d’un personnage de BD.

Le tribunal de grande instance de Paris vient de condamner MandrakeSoft, société éditrice de Mandrake (la célèbre version de Linux) à verser 70.000 euros aux sociétés américaines Hearst Holdings et King Fearture Syndicate, propriétaires de la marque " Mandrake le magicien " et éditrice de la bande dessinée éponyme. Mandrake devrait aussi changer son nom et son logo. L’objet de leur plainte pour " détournement de marque " portait en effet sur le nom et le logo (baguette et étoile de magicien) de Mandrake.

Pour l’heure, Mandraksoft a fait appel, suspendant ainsi le jugement. Un précédent jugement - portant sur le logo - avait statué en faveur des deux sociétés américaines. Le Français avait déjà dû revoir sa copie.

medium_Mandrake.jpg

Mandrake, magicien aux pouvoirs extraordinaires, a été imaginé en 1934 par le scénariste Lee Falk et par le dessinateur Phil Davis. Portant habit de soirée, fine moustache, chapeau haut de forme et cape noire doublée de rouge, Mandrake est un élégant prestidigitateur aux dons fabuleux. Accompagné de son fidèle Lothar, roi africain à la stature colossale et à la force surhumaine, il mène une croisade inlassable contre les forces du mal, que seule sa passion inavouée pour Narda, ravissante princesse d’origine balkanique, peut lui faire un instant oublier. Publiée de façon quotidienne puis hebdomadaire dans la presse américaine, la bande dessinée, reprise par Fred Fredericks à la mort de Phil Davis en 1964, connut un succès mondial. Elle fut popularisée en France par le  Journal de Robinson et le Journal de Mickey."

Source : Le Monde Informatique

A quand Tarzan.Edgar.Rice.Burroughs.Soft attaqué par Teeka.com?

medium_Tarzan1.2.jpg

A moins que ce ne soit par Rahan.le.fils.des.âges.farouches.org?

medium_Tarzan2.jpg

Toujours des fleurs de jalousie comme sources belliqueuses, relayés par le nerf de la guerre que représente l'argent?

Doriane Purple