Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2007

Soyons réalistes, exagérons l’impossible !

Che Guevara’s Marketing
 
medium_Che.jpg
 
 
Montpellier, ville vivante, grouillante, ébouriffante, fourmillant d’une vitalité désarmante et d’une jeunesse désinvolte, sous la douce chaleur du soleil automnal. Voilà que je m’arrête brusquement devant une affiche dénuée de pudeur, obscène, racoleuse, vantant … les onzièmes Internationales de la Guitare de Montpellier.
 
medium_Internationalesdeguitare_che-gris.png
 
 
Sur la publicité, on peut y voir un montage de la photographie familière et trop célèbre de Che Guevara, prise à Cuba le 5 mars 1960 par Alberto Díaz Gutiérrez, dit Korda (à moins que ce ne soit par Juan Vivés, dit El Magnifico, un transfuge des services secrets cubains, selon ses propres dires),
medium_korda_che.jpg
 
medium_che_popup1.jpg
 
sa tête profane, profanée d’une hérétique aura christique frôlant le bigotisme et enchassée sur un corps d’éphèbe à chemise flashy de pop-star moderne posant dédaigneusement, une guitare folk à la main et des lunettes noires hautaines vissées sur les yeux. A quand le Che déguisé en Golden Boy de la City ou de Wall Street pour les besoins d’une annonce bancaire, ou en Père Noël pour une campagne publicitaire de grands magasins pour les fêtes de fin d’année ? "Soyons réalistes, exigeons l’impossible" est devenu "Soyons réalistes, exagérons l’impossible". On retrouve déjà son image galvaudée et vendeuse sur des T-shirts d’enfants dans les écoles primaires ou sur la poitrine de bimbos dans les soirées mondaines,
medium_che_popup4.jpg
 
dans des magasins d’ameublement sous forme décorative et même peut-être, pourquoi pas, sous la forme de glace "Cherry Guevara".
medium_cg_cover_3.jpg
 
Che Guevara n’est plus qu’une belle gueule représentative d’une jeunesse révoltée et révolue qui, par sa disparition rapide et tragique, suscite le fantasme des consuméristes modernes. La plupart de ceux qui consomment son image ne savent pas ce que le Che était et ce qu’il représente de façon historique et idéologique : la représentation d’un temps où le choix politique était encore bivalent, bien qu’ambivalent. Attention, je ne défends en rien Che Guevara et ses actes. En effet, bien qu’idéaliste et généreux à la base, il a participé sciemment à l’instauration d’une dictature à Cuba après l’éviction de celle pro-américaine de Batista en 1959 et son serment d’Hippocrate a été largement oublié dès lors qu’il a tué pour défendre ses idées. Je ne défends ici que son image et je déplore qu’elle soit aujourd'hui si ironiquement porteuse de valeurs mercantiles sans aucune analyse historique du personnage. A ce propos, mes anciens bailleurs m’assenaient leurs verbiages à chaque fois que je ne pouvais pas les éviter. Ils se vantèrent un jour de s’être payés un voyage à Cuba, destination à la mode semblait-il, et avaient été surpris du culte des "indigènes" à propos d’un personnage barbu que l’on voyait partout dessiné sur les murs. Ce n’était pourtant pas le "président" (sic) de Cuba ! Ce barbu parmi les barbudos n’était autre que le Che. J’ai toujours adoré ces incultes présomptueux et suffisants. Il est vrai que l’on ne peut pas être cultivé en toutes choses communes, bien qu’on le soit en choses fongibles, mais dans ce cas, il est préférable de ne pas parler et de conserver ses logorrhées verbales avant de s’être informé sérieusement. Vous ne me verrez jamais parler ou écrire sur les stratégies footbalistiques, l’art culinaire, la graphie chinoise ou même… l’orgasme féminin. Ce sont des sujets qui me dépassent !
 
Je connais Che Guevara, ce petit Jésus communiste depuis l’enfance, par l’intermédiaire de la culture cultuelle familiale. Ma grand-mère, qui a 98 ans, conserve à ses côtés les photos familiales et en face d’elle, l'image du Che auquel elle prête, dans sa mémoire défaillante, une hypothétique liaison de jeunesse. J’ai souvenir aussi d’un moment émouvant dans ma prime jeunesse en entreprise où un collègue de travail d’origine argentine m’avouait au détour d’une brève histoire de sa vie, que ses grands-parents avaient été voisins des parents du Che dans sa jeunesse dans un petit village d’Argentine. Le contraste entre le milieu de l’entreprise où nous déambulions et l’évocation de ce souvenir peu libéral où nous voguions était par là même cocasse, mon style beatnik ayant certainement suscité ses aveux à peine murmurés. Autre souvenir plaisant : l’affiche inversée et donc risible d’un Che portant un T-shirt à l’effigie de Renaud, à la sortie d’un des concerts de ce même chanteur.

  
 
medium_8-picture12a6f.gif
 
Un homme est mort et son cadavre, après presque 40 ans, ne repose toujours pas en paix...
Adieu donc l’icône usée d’un univers passé, vive la carte postale publicitaire d’un monde moderne consumériste !
¡Hasta siempre la victoria… del liberalismo !
 
Bibliographie bien loin d’être exhaustive :
 
Che de Pierre Kalfon , très riche, très documenté et très intéressant pour mieux comprendre le parcours de Che Guevara, livre qui a inspiré le film El Che
 
Révolte consommée de Joseph Heath et Andrew Potter (commenté magiquement par Pierre Assouline et par Le Monde diplomatique) ou L’art de la récupération de la révolte
 
A quand aussi un Kurt Cobain trônant sur des chaises hautes pour bébés ou vantant virtuellement une quelconque marque de voitures?
 
 
Doriane Purple 

17/06/2007

AmeriKKKa

 

5822d4f18621de918202379aef987e19.jpg

" Un procès rouvert
Inspiré de faits réels - l'assassinat de Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney par des membres du Ku Klux Klan sur une route du Mississippi - ce film combine impeccablement le suspense d'un policier et le réquisitoire antiraciste, montrant l'enracinement de l'intolérance dans l'Amérique profonde. Après Angel heart, qui s'intéressait aux rites vaudous de la communauté noire, Alan Parker continue sa plongée dans le sud des États-Unis, dépeignant cette fois une petite ville, murée dans le silence et la haine, à l'époque de la ségrégation raciale. Willem Dafoe et Gene Hackman, tous deux en grande forme, donnent corps à ce duo de policiers mal assortis - un classique du genre - portés néanmoins par une même passion du métier. Neuf ans après sa sortie, le film fera l'objet d'un épilogue inattendu. Un complément d'enquête entraînera la réouverture du procès, expédié en 1967, des assassins des trois militants, qui se soldera par la mise en cause d'un responsable du Ku Klux Klan."

D'après Arte 

655a3736a561959e307b5914f3293a1a.jpg

Il y a parfois de ces films qui vous laissent cloués sur votre fauteuil de cinéma et qui, des années après, ne cessent de vous étonner, de vous faire réfléchir et qui, parfois vous glacent encore le sang presque 20 ans plus tard par leur actualité encore brûlante... La guêpe (WASP) peut malheureusement toujours piquer durement.

 

Doriane Purple

21:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, film, cinéma

23/05/2007

In Morrison we trust ?

 

b295939916e8e27d3e210f181fb837fd.jpg

 

Marion Robert Morrison - alias John Wayne - aurait eu 100 ans le 26 mai 2007.

"Porte-drapeau de l'Amérique traditionnelle à l'écran, John Wayne militait pour les mêmes valeurs dans la vie. Mais cet homme, parfois rigide, savait aussi toucher le coeur de ses fans par sa vulnérabilité d'enfant mal-aimé.
ZDF © BBC
 
Honneur, courage, esprit d'entreprise, patriotisme, lutte contre le "Mal", toutes ces valeurs omniprésentes dans ses films se trouvaient aussi au coeur de sa vie. L'acteur a apporté ouvertement son soutien à des hommes politiques ultraconservateurs, de Barry Goldwater à Nixon et Reagan. À Hollywood même, il était un fervent militant anticommuniste et a présidé un temps la redoutable Movie picture alliance for the preservation of american ideals (en français, l'Alliance cinématographique pour la préservation des idéaux américains) dont le pouvoir de nuisance fut déterminant à l'époque du maccarthysme. Plus tard, il a participé aux campagnes de propagande en faveur de la guerre du Viêt-nam en intervenant dans les universités, face à des étudiants généralement hostiles à ce conflit. John Wayne visitait volontiers aussi les camps d'entraînement et les casernes de GI pour soutenir le moral des troupes. Donnant la parole aux fans comme aux détracteurs de John Wayne, ce documentaire, nourri d'archives et d'extraits de films, montre aussi que l'immense popularité de l'acteur ne s'explique pas uniquement par son adhésion sans réserves aux idéaux de l'Amérique conservatrice. Un autre versant de sa personnalité faisait écho aux doutes et aux peurs de nombre de ses admirateurs. Sous ses airs de dur, John Wayne cache un homme écorché vif, mal-aimé par sa mère, à laquelle il ne réussira jamais à prouver qu'il était un fils modèle. Il souffrira aussi de n'avoir jamais combattu les armes à la main pour défendre son pays."

D' après Arte, émission du 20 mai 2007

Cependant, John Wayne, symbole de l'Amérique pure et dure, fut une victime des dommages collatéraux engendrés par les essais nucléaires de l'armée américaine dans le désert du Névada durant les années 50. En effet, il mourut d'un cancer en 1979, comme la plupart des acteurs du film "Le conquérant", tourné en 1954 dans ces paysages morbides à juste titre, puisqu'exposés aux radiations nucléaires. Il est donc finalement et ironiquement mort pour sa patrie ...

 

Doriane Purple 

17:15 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinéma, histoire

11/11/2006

La Grande Illusion

 medium_La_grande_illusion.jpg

 

Génération perdue des illusions perdues... 

 

"Longue, douloureuse et meurtrière, la Grande Guerre vit s'entretuer des millions d'hommes qui, la veille encore, juraient «guerre à la guerre» . Ils furent les frères d'armes de ceux qu'ils accusaient d'être des militaristes, des chauvins, des bellicistes, et également des millions d'autres qui firent la guerre par devoir ou encore sans trop savoir pourquoi. Passé 1918, devenus anciens combattants, ni les uns, ni les autres ne mirent en doute la légitimité de leur sacrifice; ils avaient combattu pour la défense de la patrie et la guerre qu'ils avaient faite était une «juste guerre» . Pendant cinquante ans, ils n'ont cessé de le répéter."


Marc Ferro, La grande guerre 1914-1918 (idées, Gallimard, 1969)

 

La chanson de Craonne
1917 - Anonyme

medium_explosion.jpg

En 1917, après le massacre du Chemin des Dames, où plus de 147 000 poilus furent tués et plus de 100 000 furent blessés en deux semaines, les soldats se mutinèrent dans plus de 60 des 100 divisions de l'armée française. Ces révoltes furent très sévèrement réprimées, en particulier par Pétain (le général Nivelle, responsable de la calamiteuse offensive, ayant été remplacé par le général Pétain) : il y eut plus de 500 condamnés à mort.

Jean de Nivelle (sic) nous a nivelés
Et Joffre nous a offerts à la guerre !
Et Foch nous a fauchés…
Et Pétain nous a pétris…
Et Marchand ne nous a pas marchandés…
Et Mangin nous a mangés ! »


Blaise Cendrars, La Main coupée


« Cinquante mois on se l’est disputé, on s’y est égorgé et le monde anxieux attendait de savoir si le petit sentier était enfin franchi. Ce n’était que cela, ce chemin légendaire: on le passe d'une enjambée… Si l’on y creusait, de la Malmaison à Craonne, une fosse commune, il la faudrait deux fois plus large pour contenir tous les morts qu'il a coûtés. Ils sont là, trois cents mille, Allemands et Français, leurs bataillons mêlés dans une suprême étreinte qu’on ne dénouera plus, trois cent mille sur qui des mamans s’étaient penchés quand ils étaient petits, trois cent mille dont de jeunes mains caressèrent le visage. Trois cent mille morts, cela fait combien de larmes ? »


Roland Dorgelès, Le réveil des morts

« Créneaux de la mémoire ici nous accoudâmes
Nos désirs de vingt ans au ciel en porte à faux
Ce n'était pas l'amour mais le Chemin des Dames
Voyageur souviens-toi du Moulin de Laffaux »

Louis Aragon, « Plus belle que les larmes », Les yeux d’Elsa


La Chanson de Craonne est une œuvre devenue emblématique de la 1ère guerre mondiale, qui traduit l'état d'esprit des poilus après l'échec de l'offensive française ordonnée par Nivelle au Chemin des Dames dans l'Aisne, au cours de laquelle de terribles combats meurtriers se sont déroulés sur le territoire de Craonne.
La hiérarchie militaire avait offert un million de francs-or et la démobilisation à celui qui lui donnerait des renseignements sur le ou les auteurs, sans succès. Elle resta anonyme. Paul Vaillant-Couturier la popularisa.

"Quand au bout d'huit jours le r'pos terminé
On va reprendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile
Mais c'est bien fini, on en a assez
Personne ne veut plus marcher
Et le coeur bien gros, comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civ'lots
Même sans tambours, même sans trompettes
On s'en va là-haut en baissant la tête

Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés

Huit jours de tranchée, huit jours de souffrance
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la r'lève
Que nous attendons sans trêve
Soudain dans la nuit et le silence
On voit quelqu'un qui s'avance
C'est un officier de chasseurs à pied
Qui vient pour nous remplacer
Doucement dans l'ombre sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes

Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés

C'est malheureux d'voir sur les grands boulevards
Tous ces gros qui font la foire
Si pour eux la vie est rose
Pour nous c'est pas la même chose
Au lieu d'se cacher tous ces embusqués
Feraient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendre leur bien, car nous n'avons rien
Nous autres les pauv' purotins
Tous les camarades sont enterrés là
Pour défendre les biens de ces messieurs là

Ceux qu'ont le pognon, ceux-là reviendront
Car c'est pour eux qu'on crève
Mais c'est bien fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève
Ce s'ra vot' tour messieurs les gros
D'monter sur le plateau
Et si vous voulez faire la guerre
Payez-la de votre peau"

 

medium_images.jpg

Morts pour la France ?… En tous cas, "fusillés pour l’exemple" et réhabilités seulement 81 ans plus tard en 1998 ! Honneur à la Grande Muette !

Et il ne reste plus, aujourd'hui, qu'une poignée de survivants pour témoigner de ce grand désastre humain qu'est la Grande Guerre, qui continue ailleurs, tous les jours, pourtant, à plus petite échelle... 

 

Doriane Purple

17/10/2006

Les vertus du fromage...

 

medium_crow3.jpg

 

"Vulpis et corvus

Quae se laudari gaudent uerbis subdolis,
serae dant poenas turpi paenitentia.
Cum de fenestra coruus raptum caseum
comesse uellet, celsa residens arbore,
uulpes inuidit, deinde sic coepit loqui:
'O qui tuarum, corue, pinnarum est nitor!
Quantum decoris corpore et uultu geris!
Si uocem haberes, nulla prior ales foret'.
At ille, dum etiam uocem uult ostendere,
lato ore emisit caseum; quem celeriter
dolosa uulpes auidis rapuit dentibus.
Tum demum ingemuit corui deceptus stupor."

 

medium_corbeau.JPG
"LE CORBEAU ET LE RENARD.

Celui qui aime les flatteries perfides en est d'ordinaire puni par un repentir plein de confusion. Un corbeau avait pris sur une fenêtre un fromage et se disposait à le manger perché sur le haut d'un arbre. Un renard l'aperçut et se mit à lui parler ainsi : « Que ton plumage, ô corbeau, a d'éclat ! Que de beauté sur ta personne et dans ton air ! Si tu avais de la voix, nul oiseau ne te serait supérieur. » Mais lui, en voulant sottement montrer sa voix, laissa de son bec tomber le fromage et le rusé renard se hâta de le saisir de ses dents avides. Alors le corbeau gémit de s'être laissé tromper stupidement."
 
 
 
Le fromage est donc un mets convoité depuis longtemps! La caséine reste heureusement plus courue que la cocaïne! Attention toutefois à son perfide effet secondaire: perte de l'entourage à cause d'une haleine par trop méphitique!
 
medium_Fromage.jpg
 
 
Doriane Purple 

 

12/09/2006

Tueurs-nés

medium_wtc1.jpg
 
medium_Mississippi_Burning.jpg
 

 

Entre Mississippi Burning d’Alan Parker sur Paris Première le 10 septembre et Thunderheart de Michael Apted sur France2 le 12 septembre, je suis Stone… je suis stone, cher Oliver, de voir cette Amérique qui fait souffrir et qui souffre injustement.

 

medium_AFFDVD9831374169565.jpg
 
medium_wtc2.jpg



Doriane Purple

21:15 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, drame, tragédie, film