Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2006

Contre culture ou contre la culture ?

medium_Contre_culture.jpg

 

Y a-t-il un programme sérieux sur Arte ?

 

medium_Contre_culture0.jpg

 

Ça y est ! Arte pète les plombs de sa carapace culturelle et cultuelle ce 15 et 16 octobre ! La chaîne de la culture, de la contre culture télévisuelle à l’encéphalogramme résolument plat des autres chaînes, brise ses propres chaînes de flegme indubitablement sérieux. Elle se lance dans un délire burlesque de deux petites soirées. D’abord, avec le potache Y a-t-il un pilote dans l’avion ? le 15 octobre, enchaîné ensuite le lendemain par l’hilarant et non moins pathétique et patriotique western de La charge héroïque. Y a-t-il encore un programme sérieux sur Arte après cette charge héroï-comique ? Je vous le demande ! Je me le demande… Pourquoi ne pas assener aux téléspectateurs un petit 1941 déjanté et génial ou le peu reluisant et burlesque film Les Bérets verts, qui ont tous deux l’intérêt de montrer le patriotisme exacerbé et militariste de ce grand (par la taille) co… comédien qu’était John Wayne.
 
medium_Contre_culture3.jpg
 
 
"Retour de bâton
Steven Spielberg proposa le rôle du général Stilwell à Charlton Heston et John Wayne. Wayne le rappela et, non content de refuser le rôle, tenta de persuader Spielberg de renoncer au projet, trouvant le script antipatriotique ! D'aucuns auraient confié que Heston avait refusé pour les mêmes raisons. Le rôle échoua à Robert Stack, fameux héros de la série Les Incorruptibles, et qui s'offre ici une scène d'anthologie en pleurant comme une madeleine devant Dumbo."

D’après http://www.allocine.fr/
 
medium_Contre_culture1.jpg
 
 
Extrait critique : “ Les Bérets verts est, hélas, une œuvre répugnante. A force d’ignorance, de parti pris raciste, d’absence de la plus élémentaire vérité, le scénario prend des allures de pastiche comique. ». (in 50 ans de cinéma américain, Jean-Pierre Coursodon, Bertrand Tavernier, éditions Nathan, 1995).

D’après http://www.arte.tv/

Où sont ces films en V.O. tels que l’impérissable long métrage L’odeur de la Papaye verte ou le flamboyant très long métrage La meglio gioventù? "C’était mieux avant !" me direz-vous ? Bah ! Ce n’est qu’une passade plus que passagère, une courte montée de fièvre automnale, une petite grippe doucereusement hivernale, avant la réjouissante vigueur froide et déterminée du printemps et la chaleur estivale, asséchante (quel est l’odieux qui a osé dire "assez chiante" ?) pour les cœurs et les âmes… Tout le monde peut faire des erreurs. Errare humanum est…. Perseverare diabolicum. En repensant à ces Liaisons dangereuses entre réalisateurs hollywoodiens et militaires, autres que Choderlos de Laclos, je me souvins, qu’à l’instar de son frère Tony Scott avec Top Gun, Rydley Scott avait lui aussi sombré dans le western manichéen avec La chute du Faucon Noir
Il ne me reste plus qu’à voir L'attaque de la moussaka géante pour m’empêcher de vomir devant tant d’horreurs loufoques …



Doriane Purple

20:43 Publié dans TV | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision, cinéma, programmes