Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2007

L’homme à la barrette dorée

Episode 1 (enfin IV...): la guerre des nouvelles étoiles 
5e22e68d16eb25f4e8d34af2d392390e.jpg
 

Sensation de suavité fébrile, de culpabilité immense et fière. Contempler la Nouvelle Star sur M6 en dégustant un petit plateau repas salé-sucré avec une petite bière mousseuse, c’est comme de soutenir le regard d’une enfant vietnamienne brûlée et déchirée dans ses chairs et dans son sang par le napalm amer versé par le LSD qui brûle et déchire les entrailles d’un avion américain
94b09eafa4760479dda61b43548028ed.jpg
J’en vomirais certainement si je me ralliais à cette bannière d'infamie. J’en vomis donc car c’est le cas malheureusement. Alors, suis-je devenu malgré moi un bon petit soldat de l’audimat écervelé ? Ça y est, je me suis fait piéger like a virgin effarouchée, fan d'Indochine, comme une petite Lolita nabokovienne à ces aphorismes dadaïstes. Mon prétexte, ma défense, ma revendication, ma faiblesse à ce massacre musical cathodique peu catholique : un grungy perdu dans ce radio-crochet télévisuel trop lissé et policé de ce jeudi 24 mai, pas Andy, pas Etienne, encore moins Destiné, mais Goldy Julien.
cb5fc07808bcb16d28637ae3c7c5ca0b.jpg
Perdu ? Pas tellement pour cet Extra-Terrestre qui ne demande pas à tout bout de chaNT de rentrer à sa maison. C’est un magnifique OVNI tombé dans le monde planifié et prépubère de M6, un Mars Attacks à lui tout seul : « Ne courez pas, je suis votre ami ! » répète-t-il, un micro à la main en guise de désintégrateur interstellaire.
 
11141c85010648bae8bd157d5bd077e7.jpg
C’est un déjanté cradingue à qui on a enfilé le costume moutonnier de la planète pailletée du little silver screen, mais qui demeure un loup hurlant.
 
59fb59c9a7eef215c0b7bde9a5c50669.jpg
 
Il reste l’inverse d’un brin de finesse dans ce monde de brutes. Faites du bruit ! Défoncez les portes ! Allumez le feu ! Brûlez tout !
 
A côté de ce phénomène doré, les autres candidats semblent de bien mièvres gravures enfantines bien vieillottes d'un Gustave Doré: belles mais dépassées…
bd599d4ff6c1f957e7550a9710fd89e3.jpg
 
De ci, de là, des voix policées qui polissent Police ou qui serinent tels des sereins, se font entendre : du talent balbutiant certes, mais trop lissé, trop consensuel pour être sensuel. Pas du goldy birdy…
 
Mais que vois-je dans le miroir déformant du petit écran? Je suis devenu une ménagère de moins de 50 ans fusillée par Drucker, s’empiffrant avec délectation par les yeux et les oreilles, de nourritures industrielles insipides et sirupeuses, échouée dans l'hôtel des coeurs brisés. Je m’électrise pour un aboyeur tatoué, bien que magnanime, addict à Jean d’Ormesson (personnage très fin et cultivé mais qui reste le bras droit d’un Figaro jouant des opéras wagnériens).
feb96e1da9233ae97808de94aa68064a.jpg
Le voltage est trop élevé: je disjoncte vraiment ! Le plomb transformé en or a fondu dans mon cerveau inondé de bières. Tant pis, tant que je disjoncte ! (par SMS : 0,5 euro / appel hors coût opérateur, of course !) Dig up Elvis ! Now ! Une voix grave d’ange démiurge hurle jusqu’aux cieux. Le grunge tracasse le prime. Interdit au moins de 13 ans (1994 of course !). Le grunge à barrette est né ! Après l’épingle à nourrice du punk, voilà la barrette du néo-grunge ! Au fait, ne serait-il pas plus judicieux d’enlever Disco du nom The Jean d’Ormesson Disco Suicide, et peut-être même aussi Jean d’Ormesson…
 
Je zappe enfin à bout de souffle. Voici IAM qui se fourvoie doublement dans l’émission de Cauet et sur TF1. Il faut que j’arrête les bonbons acidulés suisses ! Voilà sur France3, un autre Claude qui, comme d’habitude, sur un ton allègre et professoral, sort son jargon scientifique pour faire son intéressant, pour expliquer sa théorie sur le réchauffement de la Terre à cause des flatulences du mammouth (heureusement Joël de Rosnay tempère ses propos et surfe sur ses erreurs). Sur France2, ça va de mal en pis: on nous présente les états d’âme de bleus en kaki, nouvellement engagés dans l’Armée de Terre. Il faut qu’ils arrêtent l’alcool ! C’est bientôt le couvre-feu ! Il n'y a plus que d'étranges étrangers dans la nuit sinatrash. Et mince, j’aurais dû regarder Arte ! Ouf ! Il y a Tracks ! Un spécial Pologne ! Sortons la vodka et renouons avec nos origines slaves pour un after ! Adieu le côté obscur de la ménagère de moins de 50 ans !
 
Doriane Purple 

11:05 Publié dans TV | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision, musique

08/04/2007

Absara's dark side !

medium_Darth_Vador.jpg
Vendredi 27 avril à 22h30: défilé de mode gothique par le studio de création "L'Absara", entre deux concerts métal dans cette excellente et conviviale salle de concert qu'est Les Passagers du Zinc.
L'Absara nous filerait-il un mauvais coton ou montrerait-il son vrai visage macroéconomique sombre ? Le lion brûlé (par le sabre laser libéral, of course) a-t-il donc encore frappé? Suite prochainement dans la trilogie...
medium_Absara.jpg
 
Doriane Purple 

07/04/2007

In memory of…

 medium_INXS_Welcome.jpg

"Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

"Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons !"

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Eternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé ! "

"Le Lac" – Lamartine

medium_INXS_WELCOME1.jpg

"And I was lost for words
In your arms
Attempting to make sense
Of my aching heart
If I could just be
Everything and everyone to you
This life would just be so easy

Not enough time for all
That I want for you
Not enough time for every kiss
And every touch and all the nights
I wanna be inside you

We will make time stop
For the two of us
Make time stop
And listen for our sighs

Not enough time for all
That I want for you
Not enough time for every kiss
And every touch and all the nights
I wanna be inside you

In our fight against the end
Making love we are immortal
We are the last two left on earth
And I was lost for words
In your arms
Attempting to make sense of
My aching heart
If I could just be everything
And everyone to you

Not enough time for all
That I want for you
Not enough time for every kiss
Not enough time for all my love
Not enough time for every touch

Not enough time for all
That I want for you
Not enough time for every kiss
And every touch and all the nights
I wanna be inside you"

"Not enough time" – INXS

"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !"

" We will make time stop
For the two of us
Make time stop
And listen for our sighs"

medium_INXS_3.JPG

 Not enough time… Pas assez de temps…

medium_INXS.2.jpg

Que reste-t-il de nous sinon ma silhouette décharnée et sombre, perdue dans ce désert d’hommes, rempli des grains acides du souvenir ? Mes larmes amères coulent et s’évaporent dès qu’elles explosent sur le sol surchauffé, absorbées par la moiteur étouffante qui altère ce sol sablonneux désespérément sec. L’âpreté de l’orange amère des sables devient encore plus poignante, saisissante, face aux vapeurs âcres de mes pleurs. Le présent ne se concentre-t-il pas qu’en une ruine totale du passé ? Au bout de cette ombre infirme et infinie qui semble me définir, n’y a t-il pas enfin l’ombre d’un horizon d’avenir hypothétique ? Plus je marche vers cette ligne réellement imaginaire, et plus je m’enfonce dans le désert de mon passé, sans pour autant en percevoir la fin. Les cendres de Toi m’entourent, m’emmitouflent,  m’enlacent, m’enferment et m’étouffent tout autant. Not enough time… Quand la jeunesse nous sourit, nous n’avons pas assez de temps pour surmonter nos faiblesses timides pour aller vers l’Autre; quand la vieillesse nous trahit et nous prend de ses doigts crochus, nous crions avec désespoir que nous n’avons plus le temps pour surmonter nos faiblesses passées ! Il est déjà trop tard. "Tic tac" hurle l’horloge !
 
Not enough time for all
That I want for you
Not enough time for every kiss
Not enough time for all my love
Not enough time for every touch
Nous resterons des intouchables à travers le temps…
Tic tac… Pan !
 
medium_INXS_2.jpg

Larmes amères de la souvenance… Suicide blonde...
Welcome to wherever you are...

Doriane Purple

 

06/04/2007

Vote utile...

Avril 2002... Remember !

 

 
medium_saezfrance.gif
 

 

medium_Urne_e.jpg

 Pour que l'urne électorale ne devienne pas funéraire!

 medium_Urne_f.jpg

L'Amour est peut-être aveugle mais la Mort n'est-Elle pas borgne?

medium_Mort.jpg

 

Doriane Purple 

 

23:40 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, musique

27/03/2007

Elections d'avril...

medium_Tracks.jpg

 

Arte nous propose un vote citoyen sur Tracks.

 

21:12 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique

23/03/2007

Patchwork musical

medium_Patchwork.gif

08/03/2007

Résurrection éphémère...

medium_RATM4.2.jpg

 

RATM renaît de ses cendres pour quelques concerts sur le territoire américain...

 Ayant perdu ma rage contre la machine, deviendrai-je alors sans coup férir un esclave auditif dans le jardin des sons ?

medium_RATM2.jpg

 Doriane Purple

 

09:05 Publié dans Rock | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, rock

07/03/2007

Marco, viens me chercher...

FFF ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Les Fantastic Four ? Non, ce sont les FF. La Fédération Française de Football ? Presque... le nombre satanique 666 codé en lettre, le F étant la 6e lettre de l'alphabet latin ? En effet, il y a du Devil in Me ... Ce n'est autre que le regretté groupe FFF, la Fédération Française de Fonck.

medium_FFF_Image.2.jpg
 
Sous l'influence de la complainte du plombier, le Kamarad Santa Claus a succombé à l'Acid Rain...
Pour le pire, plus que pour le meilleur, FFF n'est plus...
Mais qu'en est-il de son prince Marco? Voici quelques nouvelles et ce n'est certes pas un requiem pour un con!
 
"Autodidacte, Marco Prince apprend la guitare, les percussions et le piano. Il se retrouve dans le milieu musical underground de Paris, il s’improvise DJ du mythique Palace à Paris. Il suit une formation musicale et apprend le trombone. Début les années 90, il forme et devient le leader du groupe FFF, et se fait découvrir au transmusicales de Rennes, s’ensuit l’enregistrement du première album en 1991 Blast Culture dans les studio de SONY Epic à New York et leur premier vidéoclip est signé Spike Lee, et enchaînèrent une tournée mondial. Marco Prince et sa bande impose définitivement leur heavy funk avec l’album Free for Fever en 1993, suivit de l’album éponyme FFF sortie en 1995 et le Pire et le Meilleur en 1996. Après leur concert aux Eurockéennes de Belfort, on peut dire que FFF est un groupe de scène avec Vivants, l’album live qui leur vaudra une victoire de la Musique du meilleur groupe en 1997. En 2001 il sorte un dernier album Vierge.
 

medium_FFF3.jpg
 
 
Né au Bénin, Marco quitte son continent d’origine très tôt avec toute sa famille suite a des problèmes politiques auxquels quelques membres de sa famille étaient mêlés. Il grandit en Banlieue sud de Paris, doué en maths, il veut jouer de la musique et commence à jouer par ses propres moyens. Il se fait remarquer dans le milieu de la nuit parisienne. Il apprend le trombone avec une formation académique que lui donne M.Bruley et apprend à chanter avec le célèbre soprano Mady Masplé. Dans les années 90, il forme le groupe FFF et cartonne à travers le monde. Il se produise au Japon, en Afrique et au Canada et gagne une Victoire de la Musique. Après quelques participations en tant que comédien dans plusieurs productions cinématographiques, Marco se lance dans les musiques de films. Il crée le label Lola sous la lune ( www.lolasouslalune.com ) et participe a des films tel que la Haine, Tais toi, Le pharmacien de garde, Jean Philippe etc… En 2006 le comité des jeux olympiques demande à Marco Prince de composer une musique pour l’ouverture des 15e jeux asiatiques.
 
  
Interview :
 
Pourquoi cette chanson ? (Cf préselections du mardi 6 mars sur France3 pour l'Eurovision 2007: Je veux tout de Charlotte Becquin)?
 
Après avoir été auteur, compositeur et interprète au sein du groupe FFF, je me suis tourné ces 5 dernières années vers la composition de musique de film ( Total western, l’école pour tous de Eric Rochant / Jean Philippe de Laurent Tuel / Victoire de Stéphanie Murat / Tais toi de Francis Veber etc.). Cela demande de pouvoir exprimer en musique les désirs des réalisateurs. Une très bonne école pour écrire des chansons sur mesure, comme un jeu. Seule chose imparable il faut que je sente la personne pour qui j’écris, que je la comprenne, que je l’entende comme on dit chez nous. Cela a évidemment été le cas avec Valérie et avec Charlotte. Deux tempéraments forts, intenses. Ces deux filles ne sont pas seulement charmantes (ce qui ne gâche rien) elles sont surtout VIVANTES ce qui à mes yeux est le plus important voir inspirant.
 
Pourquoi l’Eurovision ?
 
Serge Gainsbourg est une de mes grandes inspirations et tout ce qui me rapproche du maître m’intéresse. Pour info, il participa trois fois à l’Eurovision avec les chansons Poupée de cire pour France Gall en 1965, Boom Boom pour Minouche Barelli en 1968 pour Monaco et Black and White blue pour Joëlle Ursull en 1990.
 
Quel souvenir gardez vous de l’Eurovision ?

Souvenir plutôt familial en pyjamas quand j’étais petit...

Quelle image avez vous de l’Eurovision ?

Pour l’image, pareil, pyjamas, tisane, on s’ennuie un peu, on se moque et on rigole beaucoup… Rien de bien méchant."
 

D'après France5 

Pour le pire et le meilleur de l'Eurovision ?

 

Doriane Purple 

13:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : musique

13/02/2007

Mais que fait la Police?

 

medium_police.3.jpg

Roxanne hante les nuits érotiques des seventies... Depuis les eighties, plus aucun message, la bouteille n'ayant échoué sur aucune plage musicale... 1977: trente ans déjà!...

 

medium_police1.jpg
 
Doriane Purple 

00:40 Publié dans Rock | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rock, musique

12/02/2007

Pêle-mêle moderniste... libéral et peu libérateur...

 

medium_Detroit.2.jpg

Souvenirs métalliques d’odeurs insanes saturées d’huile. Patchwork nauséeux de couleurs grises sulfurées. Tristes mines d’esclaves de la modernité triomphante. Cols bleus refermé sur la froidure mordante et la maigreur équivoque de l’avenir incertain. Ballet ubuesque de cols blancs frénétiques aux yeux exorbités, à l’affût, et au cœur arraché pour le sacrifice rituel de la toute puissante Entreprise. Réunionite aiguë, infatuée, inféconde. Course effrénée des objectifs, des chiffres, des bilans, des prospectives, des productivités, des parts de marché, des bénéfices, des statistiques, des calculs, des graphiques, des compétitivités, des timings, des projets, des rapports d’activité, des audits internes, des listings, des pré-projets, des premières, des kiloWatts, des tournées, des programmes de production, des produits, des emballages, des concepts de design, des avancées ergonomiques, des services, des filiales, des pièces, des usinages, des emboutissages, des moulages, des pigmentations, des dossiers, des téléphones criards, des flux tendus, des cahiers des charges, des coûts, des délais, des qualités, des normes, des gammes, des marketings, des marques, des marges, des mesures, des contraintes, des concurrents, des performances, des résultats financiers, des modèles, des avant-projets, des volumes prévisionnels, des conceptions, des planifications, des estimations, des innovations, des études, des cibles, des contrats, des ventes, des équipes, des logistiques, des développements, des prototypes, des fabrications, des industrialisations, des productions, des certifications, des cadences, des commercialisations, des montages, des stocks, des livraisons, des juste à temps, des commandes, des approvisionnements, des gestions, des soudures, des maintenances… des technologies, des logiciels de CAO, des plans, des lignes, des segments, des outils, des engrenages, des mécaniques, des machines, des robots… Mais quelle place reste-t-il à l’Homme dans ce maelström artificiel ? N’est-il plus qu’un outil jetable, qu’un client fragile et corrompu ? Bien sûr mon point de vue est terriblement subjectif, mais quel point de vue est totalement dénué d’intérêts et purement objectif ?

medium_Detroit2.jpg
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme?" Lamartine
 
 
Doriane Purple